Great american nude N° 92
Le poème du mardi

L’épouse infidèle de Gilbert Lely

  Gentille dame, que je meure,Si depuis la Saint-Jean d’été,Tu ne soupires dix fois l’heure ;Je fais de même, en vérité. Tu rougis ? Amour nous rassemble.N’approuves-tu pas son dessein ?Comme tu t’effrayes et trembles !Laisse-moi dénuder tes seins. Ébloui, je vois et je touche.Pandora ! Torse idolâtré,Ô seins comme un Éden farouche,Ostentatoires du sang […]